Esglasianta diminucion de l’ensenhament de l’occitan en Bearn

Calandreta a lançat lo crit d’alarma après que los efectius en Bearn ajan demenit amb de proporcions inquietantas. “S’es suprimit l’81,5% de l’ensenhament refortit (3 oras per setmana) de l’occitan al primari. Los efectius concernits passan doncas de 1285 escolans a 238 per la supression d’aqueste ensenhament dins 51 classas e aquò penaliza 2047 mainatges”, çò explica Joan-Loís Blenet, president de Calandreta.
 
“Aqueste ensenhament èra, còsta l’immersiu e lo bilingüe, una de las avançadas màgers per son volum orari e los efectius concernits. Lo departament dels Pirenèus Atlantics èra, d’aquel ponch de vista, un departament pilòt menant una estrategia que sa tòca èra de far pervenir una proporcion pro importanta de mainatges al nivèl A2 de l’Encastre Europèu Comun de Referéncia de las Lengas, en lor dobrissent aital una seguida logica e positiva al collègi tant immersiu coma bilingüe. Ja l’an passat, una baissa sensibla dels mejans d’ensenhament aviá menat a la casuda dels efectius”, çò explica Blenet.
 
 
Letras de protèsta
 
Una campanha de letras al president de la region d’Aquitània e a las autoritats del departament dels Pirenèus Atlantics s’es debanada aqueste estiu. “Protestam fòrt vivament contra aquesta destruccion qu’es una ataca dirècta contra l’avenir de nòstra lenga”, çò ditz la campanha.
 
“Nos quilham contra de decisions qu’intervenon sens concertacion vertadièra, dins lo mesprètz del partenariat educatiu mai elementari ça que la previst pels tèxtes: lo Conselh Academic de las Lengas Regionalas, qu’es lo luòc de concertacion per preparar las rintradas e las orientacions de l’ensenhament de l’occitan, foguèt absoludament pas assabentat d’aquela mesura de destruccion massissa decidida per la rintrada imminenta. Tanplan coma aviá pas pogut que constatar, longtemps aprèp la debuta de l’annada escolara 2014-2015, la supression ja importanta realizada d’amagat l’estiu precedent”, çò planh Blenet.
 
E mai s’es una situacion que tòca l’ensenhament public, “Calandreta es concernida per aquesta situacion”. Dins aquel sens, Blenet precisa: “d’un caire que sabèm plan qu’es la conjoncion d’ofèrtas variadas e de qualitat que permetrà de balhar un avenir a nòstra lenga, mas tanben que la dinamica del segondari bilingüe (immersiu o de las filièras de l’Educacion Nacionala) es importantissima pel seguiment d’escolaritat de nòstres calandrons qu’arriban amb un bilingüisme aquerit a la fin del primari.”
 
 


Se volètz mandar de letras als vòstres elegits, vos podètz inspirar de la letra que l’escrivan Sèrgi Javaloyès a mandat als parlamentaris 

fffff   fffff
  Mirapeish, lo 21 d’aost 2015

Monsieur le Maire
Monsieur le Président,

 
Il vient de se produire, dans le courant du mois de juillet, un événement extrêmement grave pour l’enseignement de l’occitan. Cela c’est produit  dans le département des Pyrénées-Atlantiques, mais cela concerne aussi l’ensemble du domaine d’oc tant cela traduit l’extrême précarité de l’enseignement de notre langue en péril et la possibilité ainsi démontrée de voir supprimées d’un trait de plume, des années d’efforts et des avancées notables.
 
Les faits : la suppression pure et simple de 81,50 % de l’enseignement renforcé (3 h par semaine) de l’occitan (ici, le béarnais) au primaire. Les effectifs concernés passant, pour ce faire, de 1041 à 238 élèves dans la  par la suppression de cet enseignement prodigué à 50 classes : excusez du peu ! Cet enseignement était, au côté de l’immersif et du bilingue, une des avancées majeures par son volume horaire et les effectifs concernés. Le Département des P.A était, de ce point de vue, pilote d’une stratégie destinée à faire parvenir une proportion assez importante d’enfants au niveau A2 permettant une suite logique et positive au collège tant immersif que bilingue.
 
En 2 ans, ce dispositif va donc passer de 1527 « escolans » à 238 : c’est intolérable !
 
Calandreta est très concernée par cette situation. D’une part, parce que nous savons que c’est une conjonction d’offres variées et de qualité qui permettra de donner un avenir à notre langue, mais aussi parce que la dynamique du secondaire bilingue (immersif ou des filières de l’Éducation Nationale) est essentielle pour le suivi de scolarité de nos calandrons  qui arrivent à la fin du primaire avec un bilinguisme acquis.
 
L’écrivain et le toujours « parent » de Calandreta s’élève contre le mépris du partenariat éducatif et de la plus élémentaire concertation pourtant prévue par les textes : la.Commission Académiques pour les Langues Régionales, lieu de concertation pour préparer les rentrées et les orientations de l’enseignement de l’occitan n’a absolument pas été informée de cette mesure entraînant une « destruction massive » qui concerne la prochaine rentrée scolaire ; comme cela avait été déjà le cas  bien après le début de l’année scolaire de 2014-2015 : la suppression avait été effectuée en catimini.
 
De surcroît, je proteste très vivement contre cette destruction qui est une attaque directe contre l’avenir de notre langue. Lors de notre dernière réunion, vous avez été informé par Hervé Couture, directeur du Capoc et enseignant de l’E.N. ; c’est pour cela que je tiens à vous éclairer sur ce mauvais coup porté à notre langue et à la politique de soutien à notre langue.
Nous espérons que vous vous associerez à notre protestation et que vous diligenterez une réaction pour que l’Éducation Nationale revienne pour cette rentrée sur cette destruction massive.
 
Ce qui est gagné pour l’occitan ne doit jamais diminuer à peine de participer à l’élimination d’une part fondamentale du patrimoine vivant de la Région.
 
Nous comptons beaucoup sur vous.
 
Amistats
 
 
 
Sèrgi Javaloyès

 
     

Uso de cookies

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.plugin cookies

ACEPTAR
Aviso de cookies